• Bonne Année 2006

    ...
    Et je la préférais, féroce, mais sincère,

    A ces douces beautés, au sourire trompeur,

    Payant les coeurs loyaux d'un amour de faussaire...

    Je savais sur quel coeur je dormais sur son coeur !

    L'or qu'elle me versait et qui dorait ma vie,

    Soleillant dans ma coupe, était un vrai trésor !

    Aussi ce n'était pas pour le temps d'une orgie,

    Mais pour l'éternité, que je l'avais choisie :

    Ma compagne jusqu'à la mort !
    ...

    En remerciement de ces quelques fragments de temps ...


  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Janvier 2006 à 15:33
    je ne lis
    qu'aujourd'hui ces vers...Ils me transportent de joie et me redonnent mon sourire, un instant voilé par les nuages...Merci de tout coeur.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :